Kaboul express de Cédric Bannel

Date de sortie :  30 Mars 2017

Maison d’Editions : Robert Laffon collection « La bête noire »

Genre : Thriller – Policier – Suspense

Le résumé :

 Il a tout prévu, tout calculé.
Ça ne peut pas rater. Zwak, afghan, dix-sept ans et l’air d’en avoir treize, un QI de 160, et la rage au cœur depuis que son père a été une  » victime collatérale  » des Occidentaux. Devant son ordinateur, il a programmé un jeu d’un genre nouveau. Un jeu pour de vrai, avec la France en ligne de mire. Et là-bas, en Syrie, quelqu’un a entendu son appel…
De Kaboul au désert de la mort, des villes syriennes occupées par les fanatiques de l’État islamique à la Turquie et la Roumanie, la commissaire de la DGSI Nicole Laguna et le qomaandaan Kandar, chef de la Crim de Kaboul, traquent Zwak et ses complices.
Contre ceux qui veulent commettre l’indicible, le temps est compté.

En vente sur AMAZON


L’avis d’Ysra 

 

Après le sublime « Baad » j’avais vraiment hâte de replonger dans l’univers si particulier des romans de Cédric Bannel. Nous retournons là-bas, dans les rues sableuses et bruyantes de Kaboul, en Afghanistan. Nous suivons deux histoires, deux ramifications qui au final vont se rejoindre ; nous suivons Zwak, jeune surdoué Afghan qui prépare un attentat meurtrier pour venger son père, et nous suivons le légendaire qomaandaan Oussama Kandar et la commissaire Nicole Laguna dans une affaire particulièrement sordide.

Dire que j’ai aimé retrouver ses deux personnages est un euphémisme. Oussama est un héros des temps anciens, ancien sniper d’élite, j’aime beaucoup ce personnage entier et bourru. Nicole est plus en retrait, mais est néanmoins un fin limier et ils forment tous les deux un duo atypique et détonnant.  Tout comme « Baad », ce roman est anxiogène et nous balade de bout en bout… La fin m’a vraiment surprise !

L’écriture de Cédric Bannel est fluide et énergique. Comme toujours l’adrénaline est puissante avec ses romans et on ressort lessivé. On sent qu’il maîtrise à merveille son sujet et cela ajoute une plus-value à son roman.

Le « Kaboul Express » est le nom donné au réseau afghan de Daesh qui permet à l’État Islamique d’importer en Syrie et en Irak des combattants expérimentés en provenance du Khorasan, territoire comportant notamment l’Afghanistan et les zones tribales du Pakistan. Dès le départ le décor est planté et nous ramène douloureusement aux attentats qui sont arrivés chez nous il n’y a pas si longtemps…. Une raison de plus pour lire cet auteur.

 

Ma note :  coeur-plume coeur-plume coeur-plume coeur-plume coeur-plume/5

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s